Qui est le premier bodybuilder ?

Le culturisme moderne est apparu à la fin du XIXe siècle en Europe. L’athlète qui rendit populaire cette discipline fut l’un des premiers à rechercher une esthétique musculaire plutôt qu’une démonstration de force brute. Cet homme est à l’origine des codes esthétiques physiques de notre société actuelle. Aujourd’hui, le culturisme est beaucoup plus populaire qu’à cette époque, il s’ouvre aux femmes et possède de nombreuses compétitions, comme l’Arnold Classic par exemple.

eugen-sandow-3

Eugen Sandow, de son vrai nom Friedrich Wilhelm Mueller est né le 2 avril 1867 en Allemagne et mort le 14 octobre 1925 à Londres. Il est communément considéré comme le père du culturisme moderne.

Il a grandi en Italie avec son père. C’est là qu’il se prit d’admiration devant les statues romaines de gladiateurs et de héros mythologiques. Dès 19 ans, il commença à se produire dans des petits spectacles de cirque pour des démonstrations de force. En cette fin du XIXe siècle, les spectacles de force étaient très courants et leurs vedettes très populaires. Sandow se distinguait des autres parce qu’il apportait beaucoup plus de soin à son apparence, cherchant plus une esthétique musculaire reproduisant un idéal antique, qu’une démonstration de force brute. Et en effet, son obsession était de reproduire à l’identique les proportions idéales des statues antiques, dont il était allé jusqu’à prendre les mesure dans les musées !

Il fut le premier à développer la notion de sculpture du corps (bodybuilding) qui devint un objectif à part entière, distinct des exercices de force musculaire de foire.

sandow-looking-at-bicep-pc

Un corps sain se construit et s’entretient jour après jour, et le soin apporté à ce véhicule qu’est notre corps est en lui-même une satisfaction, source de bien-être. Pour lui, déjà au début du XXe siècle, le mode de vie moderne va à l’encontre du développement physique. Dans la lignée du courant hygiéniste alors en vogue, il vantait les bienfaits de la culture physique sur la santé et la jugeait indissociable de l’approche médicale.

Ayant acquis une renommée mondiale, Sandow en profite pour créer des entreprises à son nom. Publication de plusieurs ouvrages, édition du magazine Sandow, le premier dédié à la culture physique (1898), conception et vente de matériel d’exercice par correspondance (Sandow Appliance Company), production et promotion d’un fortifiant pour l’entraînement (Sandow’s Health & Strength Cocoa, 1913)… Il ouvrit surtout à Londres les premiers clubs de sport modernes (Institutes of Physical Culture) à partir de 1898, contribuant ainsi à populariser l’exercice physique auprès de toutes les classes sociales.

sandow_color

Du côté de la nutrition, il l’enseignait dans ses instituts. Sandow critiquait dès son premier ouvrage les croyances de l’époque (dont certaines ont encore la vie dure, comme les bénéfices des œufs crus…). Son seul conseil pourrait être de privilégier la modération ! En effet, pour lui, le plus grand danger était de manger de trop grandes quantités.

Pour son propre entraînement, il affirmait suivre un régime alimentaire équilibré et sain, sans restriction particulière, pas même l’alcool. Il privilégiait donc des repas faciles à digérer, et à heures fixes. Ses autres habitudes se résumaient à de très longues nuits de sommeil (10 à 11 h !) et des bains froids toute l’année, au réveil après un léger entraînement, ainsi qu’avant le coucher, pour récupérer de ses représentations. Son seul « vice » était le tabac, dont il était grand consommateur.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s